SNQ

Manifeste
Nihilisme
Entrevues
Écrivez-Nous
Facebook

Chroniques

Art Visuel
Économie
Environnement
Histoire
Littérature
Musique
Philosophie
Politique
Satire
Société
Style De Vie
Technologie

Derniers commentaires


David Ravel
Réalité Virtuelle…:

‘‘Alors, on sauve le merveilleux monde d’Azeroth co…
Kapnobatai
Réalité Virtuelle…:

Venant de quelqu’un qui est un amateur de jeux styl…
Eric Syre
Claude Béchard es…:

La tolérance, c’est peut-être ce qui nous a fait cr…

Archives

01 Fév - 29 Fév 2012
01 Aoû - 31 Aoû 2011
01 Sep - 30 Sep 2010
01 Avr - 30 Avr 2009
01 Mar - 31 Mar 2009
01 Fév - 28 Fév 2009
01 Jan - 31 Jan 2009
01 Déc - 31 Déc 2008
01 Nov - 30 Nov 2008
01 Oct - 31 Oct 2008
01 Sep - 30 Sep 2008
01 Aoû - 31 Aoû 2008
01 Mai - 31 Mai 2008
01 Avr - 30 Avr 2008
01 Mar - 31 Mar 2008

Rechercher


Fil XML (RSS 1.0) 
XML: Atom Feed 

Claude Jasmin - Le Québécois

13 11 09 - 13:02

« Élections Partielles,… | Home | Bravo M. Parizeau! »

Auteur : Claude Jasmin
Titre : le Québécois
Éditeur : Les Éditions Du Québécois

Après avoir lu « Les Maîtres du Monde », je désirais lire quelque chose de plus près de nous, un livre québécois. Je suis tombé sur un livre que j’avais depuis un bon moment dans ma bibliothèque, mais que je n’avais pas encore lu. Ce recueil de textes de Claude Jasmin intitulé tout simplement « le Québécois », je ne savais pas du tout à quoi m’attendre puisque je ne connais pas beaucoup le personnage. M. Jasmin est né en 1930 et il nous transmet avec vigueur et franchise sa grande expérience dans le mouvement indépendantiste. On peut affirmer sans aucun doute qu’il a vécu une vie bien remplie et qu’elle l’est encore aujourd’hui. Ce fut une bonne lecture, mais je dois dire que j’ai été déçu à quelques occasions. Toute foi, la leçon que j’ai tirée de ces écrits dépasse de loin cette légère déception!

En fait, il y a une seule chose que je n’ai pas beaucoup aimée, Claude Jasmin se dit démocrate et un démocrate convaincue. Encore la sainte démocratie, le seul fait de la remettre en question fait de nous un fasciste. N’existe-t-il pas d’autres moyens? Pourquoi est-ce considéré comme étant LE meilleur système et même par plusieurs le SEUL système pouvant être fonctionnel? Je préfère un monarque juste et compétent à notre démocratie actuelle, même si je ne suis pas un adepte de la monarchie. Certains diront que le monarque est facilement corruptible et que le pouvoir monte facilement à la tête des hommes puissants… la démocratie n’est-elle pas facilement corruptible? Le monarque incompétent on le pend. Le premier ministre, on l’endure quatre ans et c’est seulement lorsqu’on peut prouver qu’il est vraiment incompétent. Le premier ministre peut toujours jeter le blâme sur les autres, sur la situation économique actuelle, sur une épidémie mondiale (H1N1!). Charest le fait très souvent! On devrait le surnommer « l’irresponsable » tellement il se décharge de toute décision.

À la défense de M. Jasmin, il semble bien conscient du fait que notre démocratie est dysfonctionnelle. Il blâme les politiciens et les médias de ce méfait, mais le citoyen lui, n’a-t-il pas sa part de responsabilité? Il est dit que la population a les politiciens qu’elle mérite et je suis d’accord avec cette affirmation. Pourquoi la population est-elle cynique? Par manque de courage? Par manque d’information ou de connaissance? Pourtant, l’information est disponible pour quiconque se donne la peine de chercher les sources fiables. Peut-on devenir cynique par ignorance? Non, on devient cynique parce que la société nous pue au nez. On sait qu’on se fait avoir, mais au lieu de combattre on tente de se retirer, de vivre en orbite autour de cette société. « Laissez-moi tranquille et je ne dirai rien. » Pourtant, mis à part celui qui vie dans les bois en s’autosuffisant, il est impossible de ce retirer de cette société, nous en somme tous une partie intégrée et dépendante. Tenter de se retirer ne fait qu’affaiblir la cohésion sociale, se retirer c’est l’individualisme crasse. Pourquoi ne pas admettre que, par-dessus tout, c’est le citoyen qui est responsable de sa destinée et, par le fait même, de la destinée de sa nation? Pourquoi devrait-on le déresponsabiliser? Le déresponsabiliser, c’est lui faire trop d’honneur pour sa lâcheté.

J’ai particulièrement apprécié les contes contenus dans ce recueil, Claude Jasmin est un très bon « raconteur. » Il raconte ses histoires avec une certaine naïveté rafraîchissante faisant très contraste avec ces textes polémiques. D'ailleurs, je crois que je préfère Claude Jasmin le conteur à Claude Jasmin le polémiste, je préfèrerais probablement ses livres à ses textes. C’est à suivre!

Il signe tout de même d’excellents textes polémiques dans ce recueil, celui où il démonte le Festival de jazz en fait partie, ses textes intitulés « Racaille de Fédérats Agonisant » et « Conneries Ambiantes », sont de vraies bouffées de fraîcheur. On ne risque pas retrouver ce type de texte dans les journaux de GESCA! Il est également un des rares à prendre la défense de ceux qu’il appelle les « jeunes felquistes », ces héros qui se sont tenus debout devant la machine patronal exploiteur de notre peuple.

L’auteur croit beaucoup en l’indépendance du Québec et il semble avoir la certitude que l’indépendance se fera un jour. J’aime bien le fait qu’il nous communique cet optimisme, cet état d’esprit fait changement du défaitisme que l’on retrouve un peu partout et que je manifeste moi-même à l’occasion, je dois bien l’admettre. Je devrai changer, car on ne peut mener un combat tout en croyant que notre cause est perdue d’avance, cultiver le défaitisme est un plus pour nos ennemis. Nous nous devons d’être positifs afin d’éveiller les consciences, frapper la morosité, frapper la petitesse des esprits colonisés. La frapper de notre joie de vivre, de notre soif de grandeur, de lutte et de victoire!

Merci pour cette leçon M. Jasmin!


~ André Audet





  
Retenir les informations personnelles ?

/ Textile

La modération des commentaires est activée sur ce site. Ceci signifie que vos commentaires ne seront pas visibles jusqu\' ce qu\'un éditeur les approuves.

  (Enregistrer votre nom / Se connecter)

Avertir:
Cacher nom de courriel:

Précision : Toutes les balises HTML sauf <b> et <i> seront supprimées de votre commentaire. Vous pouvez créer des liens juste en entrant l’URL ou l’adresse de courriel.



Le public et mes amis en particulier, attendent peut-être une déclaration sincère de mes sentiments. À l'heure fatale qui doit nous séparer de la terre, les opinions sont toujours regardées et reçues avec plus d'impartialité. L'homme chrétien se dépouille en ce moment du voile qui a obscurci beaucoup de ses actions, pour se laisser voir en plein jour, l'intérêt et les passions expirent avec sa dépouille mortelle. Pour ma part, à la veille de rendre mon esprit à son créateur, je désire faire connaître ce que je ressens et ce que je pense. [...]
Non pas sur l'échafaud, environné d'une foule stupide et insatiable de sang, mais dans le silence et les réflexions du cachot. Je meurs sans remords, je ne désirais que le bien de mon pays dans l'insurrection et l' indépendance, mes vues et mes actions étaient sincères et n'ont été entachées d'aucun des crimes qui déshonorent l'humanité et qui ne sont que trop communs dans l'effervescence de passions déchaînées. Depuis 17 à 18 ans, j'ai pris une part active dans presque tous les mouvements populaires, et toujours avec conviction et sincérité. Mes efforts ont été pour l'indépendance de mes compatriotes ; nous avons été malheureux jusqu'à ce jour. La mort a déjà décimé plusieurs de mes collaborateurs. Beaucoup gémissent dans les fers, un plus grand nombre sur la terre d'exil avec leurs propriétés détruites, leurs familles abandonnées sans ressources aux rigueurs d'un hiver canadien. Malgré tant d'infortune, mon cœur entretient encore du courage et des espérances pour l'avenir, mes amis et mes enfants verront de meilleurs jours, ils seront libres. Un pressentiment certain, ma conscience tranquille me l'assurent. Voilà ce qui me remplit de joie, quand tout est désolation et douleur autour de moi. Les plaies de mon pays se cicatriseront après les malheurs de l'anarchie et d'une révolution sanglante. Le paisible canadien verra renaître le bonheur et la liberté sur le Saint-Laurent ; tout concourt à ce but, les exécutions mêmes, le sang et les larmes versés sur l'autel de la liberté arrosent aujourd'hui les racines de l'arbre qui fera flotter le drapeau marqué de deux étoiles des Canadiens. [...]
Quant à vous, mes compatriotes, mon exécution et celle de mes compatriotes d'échafaud vous seront utiles. Puissent-elles vous démontrer ce que vous devez attendre du gouvernement anglais ! ... Je n'ai plus que quelques heures à vivre, et j'ai voulu partager ce temps précieux entre mes devoirs religieux et ceux dus à mes compatriotes. Pour eux je meurs sur le gibet de la mort infâme du meurtrier, pour eux je me sépare de mes jeunes enfants et de mon épouse sans autre appui, et pour eux je meurs en m'écriant :

Vive la liberté !

Vive l'indépendance !



~ François-Marie-Thomas Chevalier de Lorimier


© 2006-2010 S.N.Q.